Dans ma pratique, la personne que j’accompagne et la relation qui peut se nouer entre nous sont au centre. Les outils viennent ensuite, et leur choix part toujours de la personne accompagnée et de sa problématique.

Avant d’aborder ces outils en mouvement, je souhaite donc insister sur la primauté de la personne et de la relation.

 

C’est d’ailleurs la qualité de la relation qui permet à la personne accompagnée de se sentir suffisamment en confiance et en sécurité pour avoir le courage de parler d’elle-même et d’exprimer ses émotions, pour oser prendre contact avec ses profondeurs et ainsi accéder à ses propres ressources, pour éventuellement aborder les grandes problématiques existentielles (telles que la peur de la mort ou de l’isolement, le vertige face à la liberté et la responsabilité qui en découle, ou la question du sens de sa vie), etc.

La personne et la relation au centre

Mon premier outil est ma présence à l’autre, mon accueil inconditionnel de ce qu’il est, mon ressenti à l’écoute de ce qu’il apporte en séance, et ma créativité de chaque instant face à l’évolution de son univers intérieur et de sa problématique.

;

La relation que nous vivons et le lien que nous sommes en mesure de tisser sont donc essentiels à l’élaboration d’une thérapie « sur mesure ».

Mandala

Des outils en mouvement

Les outils que j’utilise pour aider la personne à trouver son propre chemin sont donc multiples et en mouvement.

Je peux parler brièvement de ceux que je connais pour les avoir étudiés et pratiqués. Mais certains seront créés "sur mesure" pour la personne en thérapie, en rapport à sa problématique du moment, et en fonction de l’idée qui me viendra. Et certains autres viendront s’ajouter au fil de mes formations à venir..

Je choisis dans cette présentation synthétique des outils "classiques" d’accorder une place privilégiée aux rêves qui constituent un formidable matériau, toujours riches quelle que soit la problématique abordée, et dont le recueil peut commencer avant même le début de la thérapie. Je mentionnerai ensuite plus brièvement les autres outils que je préfère présenter plus en profondeur au moment de leur utilisation s’ils apparaissent pertinents en cours de thérapie.

 
  • Analyse des rêves dès le début de la thérapie

 

Avant de commencer la thérapie, puis tout au long de celle-ci, si vous avez la chance de vous souvenir de vos rêves, je vous invite à les noter. Même quelques mots griffonnés sur un bout de papier en pleine nuit peuvent vous permettre de retrouver votre rêve ou une partie de celui-ci. Rédigez-le au présent le plus simplement possible, tel qu’il vous revient. Vous pourrez ainsi l’apporter en thérapie, et nous pourrons le travailler ensemble.

Pour le rêve, comme pour le reste, l’analyse est un travail d’équipe : le rêveur est le seul à connaître son rêve, et le thérapeute en connaît les différentes méthodes d’interprétation (d’inspiration freudienne et jungienne en l'occurrence) qui nécessitent toutes une mise en relation avec l’univers intérieur du rêveur. Il n’y a donc pas une unique manière d’interpréter les rêves, et il n’y a pas non plus un unique sens au rêve. Le thérapeute pose des questions au rêveur, lui propose des pistes, et l’exploration se mène conjointement au fil de l’échange.

Et, le résultat est très souvent d’une grande richesse !  

Toile du Douanier Rousseau intitulée "Le rêve"

 
  • Quelques autres outils "classiques" au fil de la thérapie

 

  • Dialogue intérieur

La méthode du « dialogue intérieur » (Hal et Sidra STONE) est fondée sur l’idée que l’être humain est constitué de nombreuses facettes, nommées « sous-personnalités ». Elles peuvent être représentées par des personnages qui vivent dans notre psychisme et qui, tour à tour, viennent s’exprimer à travers nous-même, et à travers nos réactions.

Il s’agit alors d’identifier les différents personnages qui nous habitent, puis de comprendre comment ils fonctionnent les uns avec les autres, et enfin d’apprendre à opérer un choix lucide.

L’objectif de cet outil est donc d’aider à devenir plus conscient de soi-même, pour être libre de ne plus se soumettre à nos conditionnements.

 

  • Ennéagramme

L’Ennéagramme est une figure géométrique qui sert de support à la représentation graphique de 9 manières différentes de voir le monde et d’interagir avec lui. Cet outil décrit donc 9 styles de personnalités, leurs automatismes, leurs atouts et leurs limites.

Il ne vise pas à enfermer quiconque dans une case : une personne est toujours plus que son profil Ennéagramme. Bien au contraire, son utilisation dans le cadre de la thérapie a pour objet d’aider à la connaissance de soi (et des autres), ainsi qu’à la transformation personnelle.

 

  • Analyse transactionnelle

L’analyse transactionnelle d’Eric Berne contient plusieurs outils auxquels il m'arrive de recourir. Je peux notamment être amenée à utiliser ceux liés aux concepts des « Etats du moi » (nos états internes), de « strokes » (signes de reconnaissance), de « jeux psychologiques » (schémas malsains de communication), de « drivers » (messages verbaux contraignants reçus dans l’enfance et conservés depuis), d’« injonctions » (messages non verbaux issus des parents, reçus intuitivement par le bébé et conservés depuis), de « rackets » (émotions inadaptées qui se substituent à des émotions interdites)…  

 

© 2017 par Charlotte Bodin-Belmont